Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/02/2010

Cours sur les Us et Coutumes Congolais n°1

Comment le congolais choisit-il le nom de son enfant?

Nous sommes bien tous au courant que le choix du prénom est déjà folklorique et est choisi en fonction de raisons différentes. La plupart du temps, si vous appréciez quelqu’un, vous choisissez ce prénom pour votre progéniture.

Ou alors, vous optez pour un prénom que vous trouvez sur le calendrier religieux. Exemple :  Ascension, Naissance du Christ, Toussaint, Pentecôte, Fête Nat, Nouvel An ou encore Déjeuner avec Mamy, d’où l’importance de ne rien ajouter à la main, sur un calendrier …

Selon mon ami Jean-Pierre, le nom de famille, quant à lui, serait choisit au hasard. Il ne se transmet pas de père en fils comme tel est le cas la plupart du temps chez nous. Il n’y a tout simplement pas de règles. Aucune, neni, nada.

Un père peut s’appeller Dupont, son fils ainé Duparc et son cadet Durobinet. Maintenant, rien n’empêche à un père de transmettre son propre nom  à son fils.

Ca nous paraît bien compliqué, à nous et nos habitudes ancestrales, cela dit, il y a des avantages à cette non-règle. Ca leur évite pendant toute leur enfance de devoir répondre à des questions du type : “Dis ton ami, c’est quoi le prénom de son père?”

Et voilà pourquoi on peut appeller son enfant Jean-Pierre Foucault, Mike Tyson, Mike Brant ou Dalida.

“A la gwâce di Dieu, Ti donnes enn tou kas, cki ti veu comme nom ééé comme pwénom .”

Et on appelle ici “Papa” tout homme qui est plus âgé et "Monsieur et Madame + prénom" toute personne pour qui on travaille. Le nom de famille n’est jamais cité.

Exemple : "Madame Amandine et Monsieur Kostia sont très contents des services de Papa Nestor et Papa Jean-Pierre." ;-)

Fin du cours n°1.

13:00 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2)

16/02/2010

Tetris Mobile

Sortie en groupe dimanche après-midi. On part à 9, en convoi de 3 jeeps direction le parc de bonobos. Oui, je sais que j’y ai déjà été mais comme c’est à peu près le seule activité dominicale ici, on y retourne.

Puis maintenant qu’on a des amis, c’est pas pareil ;-)

On part donc en convoi, il est important de savoir qu’on ne sort quasiment pas de la ville à moins de 2 voitures. Sécurité oblige. On est jamais à l’abri d’une panne, d’un accident ou d’une mauvaise rencontre. Sans compter les multiples chances qu’on a de se perdre, puisque panneaux d’indications totalement inexistants en ce pays magnifique qu’est le nôtre.

Bref, come back to the bonobos, visite du parc avec guide cette fois-ci, observation éducative de bonobos qui se nourrissent et se reproduisent, puis déjeuner à 9 sous une paillote et plongeon dans l’eau brune des mini-chutes. Super après-midi, puis retour au bercail.

Notre jeep est la première à quitter le parc. Dans un micro chemin, on croise une autre jeep. Enfin, Hypolite espère croiser l’autre jeep, parce que selon nous, il est évident que c’est ou lui ou nous. Mais les deux conducteurs s’obstinent et paf les jeeps. A une vitesse de 2km/h, nos voitures se frolent, puis se frolent tellement qu’elles s’emboitent. Impossible pour nous d’avancer ou de reculer, bloqué par un arbre d’un côté et de l’autre par la jeep. Idem pour notre adversaire, bloqué par une souche. On passera 30 minutes sur place. D’abord à 4 puis à 84. Les gens sortent de partout. Il y a même une chinoise avec un parapluie alors qu’il n’y a ni soleil, ni pluie.

Alors en plus de griffer notre voiture et celle d’en face, on fait attendre je-ne-sais combien d’autres jeeps, plus celles qui arrivent dans le sens opposé. Tout le monde crie très fort et agite les bras, du coup moi aussi pour me donner un peu de consistance.

On se bouge, on creuse, on porte la voiture avec 6 personnes dedans (n’hésitez surtout pas à sortir messieurs-dames), on pousse, on avance, on recule et on finit enfin par partir, pare-chocs et aile arrière gauche endommagés, probablement le prix de la liberté…

Ca fait du bien à l’esprit un petit Tetris de temps en temps, mais je préfère la version Gameboy quand même.

10:29 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)