Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/02/2010

Plaza Village

image001.jpgLe plus grand Mall d’Afrique centrale se trouve à Kinshasa. Comment ne pas se laisser tenter par une telle information. Appellez-moi Jean-Pierre, on va aller voir ça tout de suite.

On s’éloigne du centre, en même temps, il suffit de quitter le boulevard pour quitter le centre, on roule jusqu’au “shopping” locale. Déception prévisible, il ne s’agit que d’un supermarché, très grand cela dit et avec pour particularité marrante d’avoir des rayons d’1m50 de haut. On ne risque pas de s’y perdre.

On y trouve quasiment tout et en même temps, on n’y trouve pas de chips, ni de viande. J’ai du zappé un rayon.

Ils y vendent même des magazines, mais à 12$ le Cosmo, j'hésite...

D’ailleurs comment sait-on combien coûte un article au supermarché?

Non, il ne suffit pas de regarder les prix mentionné, ce serait trop simple.

Vous trouverez un nombre collé sur l’article souhaité et ce nombre correspond à un prix se trouvant lui sur une liste imprimée sur une feuille A4 sous chemise plastique, affichée, en principe une à deux fois par rayon. En principe dis-je bien…

Exemple : 1 = 1000 FC (franc congolais)

                    2 = 1100 FC

                    3 = 1200 FC

Et ainsi de suite. J’ai mis 3 semaines à comprendre que plus le nombre est grand, plus le prix est élevé ;-)

Important de savoir qu’ici on paye un  pain avec minimum 3 billets, donc un diner au resto avec une valise remplie, et un appart avec 4 semi-remorques.

Cartes de banque, cartes de crédit et monnaie inextistants ici.

On se sent riche avec tous ces billets c’est cool, mais un peu stressant quand on vous dit à la caisse dans un supermarché bondé “124000 francs si vou plé madame”

Heureusement, on peut tout payer en dollars (US), on se fait arnaquer, mais pas plus que quand on a pas le courage de compter ses liasses de francs.

Kif-kif donc…

10:00 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2)

24/02/2010

Lettre de motivation

Très  cher futur employeur,

Je me permets de t’écrire aujourd’hui, afin de te faire part de l’intérêt que je porte à ton job. Un brin de vacances fait du bien à tout le monde, pourquoi ne pas me confier ton boulot tant que tu n’es pas là.

Ca fait déjà un mois que je suis à Kinshasa et je suis toujours à la recherche d’un emploi

J’ai pourtant un impressionnant CV, que je joins à ce courrier.

Je n’ai en effet quasiment jamais doublé (commentaires malvenus sur ceci), j’ai fait des études de très haut niveau et j’ai une expérience professionnelle à couper le souffle.

Je parle l’anglais comme David Charvet, et je maitrise le néerlandais comme un congolais, l’espagnol est mon idole et le français, ma langue de chevet.

Alors, qui que vous soyez et quoique vous fassiez, allez-vous m’engager?

Pourrait-on se rencontrer, quand tu veux, où tu veux, je n’ai que ca à faire de toute manière. Appelle quand même avant que je vérifie si je n’ai pas tennis, piscine, body step, déjeuner avec des amis ou encore des courses à faire.

Dans l’attente de ta réponse, futur collègue, je te prie de croire en l’expression de mes sentiments plus tellement respectueux, mais plutot envieux.

 

Amandine.

Ps : Et point de vue salaire, rassure-toi, je bosse bien pour pas cher.

11:23 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (3)

23/02/2010

Oufti Mfuti

Ca faisait 2 semaines qu’on en parlait: On passera la journée du dimanche 21 février à Mfuti (appellée plus communément ici “La Mfuti”).

Mfuti est une magnifique plage de sable fin au bord du flP1050733.JPGeuve Congo. Un endroit idyllique. Seul petit hic c’est à environ 30 km sur pistes. Pistes, signifiant ici vagues chemins pas très accessibles donc compter 4 à 5 fois plus de temps que sur du macadam.

On aura pris un peu plus de temps que prévu mais il faut dire que le trajet a été particulièrement mouvementé. Nous étions en convoi de 3 jeeps. Les deux premières sont de parfaits modèles très passe-partout (3 clés), la troisième (la nôtre) est  bien plus “tape-cul”.

Pour vous donner une idée c’est un peu comme rouler sur un dos-d’âne carré deux heures d'affilé... ouch!

On se perd 2-3 fois, on emprunte des chemins inempruntables. En échange d’un Fanta et d’un pourboire, on kidnappe Simba, une petite fille de 7 ans pour qu’elle nous indique la route.

On arrive enfin à Mfuti. Merci Simba. En 2 secondes, on oublie le trajet mouvementé, la jeep qui cale dans une montée ou encore mon estomac affamé. L’endroit est magnifique. Les filles se jettent à l’eau pendant que les hommes installent notre camping d'un jour.

On est plus équipé que la reine Beatrix. Tonelle lignée, bâche pour faire de l’ombre, 5 frigobox “bien remplis de sandwichs aux fromachhh”, ipod et baffle, tables et chaises en plastique, crèmes solaires, bières locales et ballon de foot!

Tels des hippos neurasténiques, on passera quasiment toute l’après-midi, à douze, dans 30 centimètres d’eau. Le courant du fleuve et la non-transparence de l’eau font de nous de grands téméraires qui ne s’éloignent pas à plus de 3 mètres du bord.

Après quelques “zonneclash”, un match de foot de 4 minutes 30 et des frigoboxs vidés, on lève le camp et on repart par une autre route, plus courte et surtout bien plus plate que celle de l’aller.

On prend un dernier verre sur une terrasse voisine au soleil couchant…

Et comme dirait Mylène “C’est une belle journée qui s’achève…”

08:33 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)