Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/03/2010

A la poursuite de la poire

Pas évident apparement de trouver ici, ce que j’appelle une “poire”. Une demi-sphère en caoutchouc brun avec un manche servant à déboucher les sanitaires. Allez expliquer ça à un congolais. Après quelques essais, il s’avère que ça s’appelle ici “une ventouse”.

Hypolite m’emmène de quincaillerie en quincaillerie, on embarque même avec nous, dans la jeep un pro de la ventouse qui nous amène à la caverne d’Ali Baba de la salle-de-bain.

Quatre employés,  un patron, 600m² de carrelages, 4 baignoires, 7 tablettes et 3 éviers dans une boutique grande comme une cabine téléphonique. Et bien sûr, une ventouse. Yes!

Je prends, merci les potes. Test rapido à la maison, ventouse pas plus ergonomique qu’efficace. Retour à la case départ.

Ca me rappelle ma magnifique friteuse achetée ici, en état neuf et impeccable, tous les accessoires se trouvaient dans la boite. Dommage seulement que la fiche ne soit que pour des prises anglaises…

ps : et pour ceux qui s'inquiéterait de la météo kinoise, la pluie a fait place au soleil, j'ai récupéré une voiture et plein d'activités du coup, ouf...

11:37 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)

10/03/2010

Mardi sous la pluie

Argh, au secours, help, je n’en peux plus. Bon je sais que vous, là derrière votre écran, vous rêvez probablement le temps d’un instant d’être moi, et je vous comprends, mais là ce n’est plus possible. Il pleut depuis ce matin, il drache même depuis ce matin. Alors, au début, c’est chouette, on est content pour la pelouse, et pour le vent frais qui va avec, mais ca commence à bien faire. J’ai épuisé toutes mes idées d’occupations. J’ai lu tous mes mails, j’ai répondu à tous, même ceux d’il y a deux ans, j'ai chaté avec ma pote Shrek, j’ai mis le blog à jour, j’ai même mis des photos,  j'ai lu 4 bouquins, j'ai pris 3 bains, me suis lavée les dents (ca faisait longtemps...)

Il ne me reste plus qu’à regarger un JT avant que chouchou ne rentre déjeuner, sauf qu’à cet instant précis, mari chéri m’appelle pour me dire qu’il est bloqué chez un client et que de ce fait, il ne pourra pas venir déjeuner (soupir premier) et qu’en plus il a besoin de la voiture toute l’après-midi m’obligeant ainsi à reporter un entretien d’embauche (soupir n°2). Voilà qu’il vient de me dépouiller des mes activités de l’après-midi…

Je vais manger et aller voir ce que mon site par correspondance préféré propose pour le moment. Bonne surprise j’y trouve des chaussures, deux robes, un top et une veste. Je saute dans mon sac prendre ma carte de crédit, transaction refusée. Horreur, malheur. Je réessayerai plus tard.

Je décide de regarder un jeu télévisé ou un téléfilm déjà vu, peu importe, mais voilà que la télé ne fonctionne pas à cause de l’orage. Ma connection internet ne fonctionne plus non plus.

Je pars affronter la pluie jusqu’à la piscine pour bénéficier du wifi, je saute dans les flaques. Youpi, un rien m’amuse. Dans ma lancée, je commande un coca, soyons fou. Je me reconnecte, direction shopping on ze net avec la carte de crédit du mari, et là, devinez quoi? Ma magnifique paire de chaussures est épuisée en 37. (soupir n°3).

Il me reste deux perspectives, cours de gym à 18h et sortie au resto ce soir avec des amis. Manque plus que je ne trouve pas de lift pour aller à la gym.

Et quoi? Qu’est-ce que je viens d’apprendre? Le resto de ce soir est au resto de la piscine… Là où je suis pour le moment? Je n’aurai même pas quitté la concession aujourd’hui… dernier soupir...

08:29 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2010

Congo River

En cette magnifique Journée de la Femme, mon cher Nestor est au petit soin. Il m’a d’abord demandé ce matin qui j’étais, ma blondeur l’a perturbé… Puis, quand il m’a reconnue, il a dit :

Mdame…bon…c’est vôt’ fête aujourd’whui. Jé vé vous plépawer, enne touka, oune belle couige”.

Traduisez “une belle quiche”. J'admets ne pas voir le rapport entre une quiche aux lardons et la journée de la femme, mais j’ai pris mon air le plus ravi à l’idée de déguster cette splendide couige.

Hier, dimanche,  c’était journée sur le fleuve (voir photos Un dimanche sur le fleuve). On part le dimanche matin direction le Yacht Club de Kinshasa. Ca commence par quelques “Bonjour, comment ca va?”, on embarque sur notre bateau, chargé de frigobox, chaises pliantes, tentes et autres accessoires indispensables.

On navigue jusqu’à la plage de notre choix. On installe notre campement d’un jour, avec une table géante. On est une bonne quinzaine de 7 à 77 ans. Et toute l’après-midi durant, on mange, on nage, enfin on trempe dans l’eau (même problème de courant qu’à Mfuti), on joue à la pétanque, on fait du ski nautique, on parle cuisine ou shopping d’un côté, foot et politique de l’autre.

Quand le soleil commence à se coucher, qu’on a tous les épaules cramées, chacun se met à son poste, on lève le camp et en cinq minutes, tout est rangé, impressionant!

Un dernier verre, tradition oblige, au Yacht Club. Chacun débriefe de sa journée, du sable qui colle sur les pieds et des moustiques qui commencent à arriver. On commande une dernière Skol pour la route, on s'embrasse, on se souhaite une bonne semaine et on se dit, en l'espérant bien, "à dimanche prochain". J

11:57 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)