Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/04/2010

Opi Opi Opi

2478827518_9b74cf3eee_o.jpgNote décernée aujourd’hui à tous ces transporteurs de têtes qu’on voit partout dans les rues de Kin. Non pas des gens qui transportent des têtes, mais des gens qui transportent tout et n’importe quoi sur leur tête.

Question fréquente (de « dedans ma tête ») Mais comment ca tient ? Et puis , les porteurs de têtes sont-ils séléctionnés selon la platitude de leur crâne ? J

Bon j’imagine que c’est une question d’entrainement. Dans mon enquête, je demande à mon ami Hyppo s’il sait faire ça ? Il éclate de rire et me dit « Madame, il y a des classes diffélrentes ici ! » Ok, j’en conclus qu’être chauffeur et porteur de tête ne font pas partie de la même classe.

Ce que j’admire tout particulièrement chez ces PDT (plus court à taper que porteur de tête) c’est leur naturel en plein « portage ». Vas-y que je discute à l’aise avec une copine PDT aussi, sur un trottoir bondé en se faisant cogner toutes les 20 secondes, ou encore traverser en boubou et talons, une chaussée embouteillée où le piéton est vachement en danger, avec 17 kilogs de bananes sur la tête.

D’ailleurs, à part des bananes, que transportent nos amis les PDT ?

Le plus courant : du pain, des légumes, des fruits, des cacahuètes, des patates, etc. dans une grande bassine jaune et bleu.

Le plus fragile : des œufs! Une pyramide d’œufs sur une colonne de truc qui a pas de nom sur lequel on met 30 œufs (cet espèce de carré en carton avec trous ergonomiques pour œufs qu’on a déjà tous acheté 100 fois)

Le plus lourd : de l’eau, des dizaine de litres d’eau. Soit en bouteille en plastique, soit en sachet de 50cl. A 200FC le sachet, ça part comme des petits-pains. On reconnait les vendeurs à leur cris particuliers (et au paquet sur la tête) « Opi ; opi ; opi ! » traduisez « eau pure ; eau pure ; eau pure »

Le plus marrant : le mini-marché ambulant. En une seule caisse en carton un peu découpée, un PDT peut vous proposer vache qui rit, cigarettes, chewing-gums, biscuits,… un vrai mini-paki sur tête.

Petite inquiétude quand même pour ceux et celles qui ont la tête applatie à vie ou les sourcils froncés même quand ils voyagent « léger ».

15:37 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)

01/04/2010

Hollywood Boulevard

Mes semelles ont fondues. Mais pourquoi donc? Allez-vous me dire. Hé bien parce que j’ai marché sur du macadam encore chaud. Pas bien malin, certes, mais que voulez-vous, à force de voir des choses, aussi surprenantes soient-elles, on fini par les faire aussi.

Cela dit, j’aurais pu rester collée à vie sur la chaussée, ca aurait été un manque bien plus grand que mes semelles, non?

Je m’explique, on est en plein travaux sur le boulevard du 30 juin, et, ici, on ne travaille pas la nuit pour éviter tout désagrément routier, non, ici on travaille quand on n’en a envie. Et on ne s’inquiète pas des embouteillages que ça peut provoquer.

Morceaux carrément coupés, rues qui changent de sens 3 fois en une semaine, ou encore accès bloqué pour toutes les rues d’un même côté du boulevard. Comme si on pouvait empruner le boulevard Général Jacques de tout son long sans pouvoir jamais tourner.

Il est fréquent donc de devoir faire un tour immense et embouteillé, pour faire 100 mètres à vol d’oiseau. Les rues sont rendues inaccessibles avec les moyens du bord, cailloux, morceaux de corde, ou talus fait maison.

Mais le congolais est habitué aux obstacles routiers et même avec une peugeot des années 70 déglinguée, on passe partout. Donc, devise congolaise, hôte-toi de là que je m’y mette ! On traverse les barages sans gêne. Une rue en sens unique, devient une double accès pour qui ose s’y embarquer, même si pour cela, il bloque un quartier entier.

Alors vous pensez-bien qu’un macadam frais, ne les effraie pas une seconde. Et du coup, en bonne piétonne sur 20m, j’arrive à suivre ce que je vois, et me faire mon Hollywood Boulevard rien qu’à moi, avec un sentier de pieds pointure 37, gravé jusqu’à la prochaine couche de bitume.

Je m’intègre en somme ! C’est bien non ?

PS : et une photo du boulevard du 30 juin, légèrement embouteillé…Kin_bd_30_juin.jpg

10:18 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (3)

31/03/2010

Atchoum!

Pourquoi se rend-t-on toujours compte du bonheur d’avoir les choses quand on ne les a plus ?

Par exemple, qui ne regrette pas un roman passionnant tout juste terminé ou un vieux pull confortable en plein été?

Un peu comme le bon vieux rhume qu’on attrape deux fois par an. Quand on respire à plein nez, on se dit qu’un petit rhume de temps en temps n’est pas bien incommodant.

Jusqu’à ce que celui-ci revienne vous emmerder quelques temps. Reniflements fréquents, les yeux qui pleurent tout le temps, la voix qui se transforme en Frédéric Mitterand, les mouchoirs qui disparaissent alors qu’on les voyait tout le temps et le pire de tous, les faux-éternuements.

Ceux qui vous font cligner des yeux, plisser le nez, même ouvrir la bouche, pour ne jamais arriver. En plus d’avoir l’air bête , le nez reste tout aussi bouché. Et quand pour faire sérieux, vous vous mouchez, rien ne bouge d’un millimètre dedans, comme si vous faisiez semblant.

Et qui aime s’endormir la bouche fermée et le nez dégagé pour se réveiller à l’opposé, la bouche ouverte,  ultra sèche, le nez bouché et petit sifflement nasal régulier ?

Aaaaatchi….pffffff….. ce rhub’ est vraibent très zembedant….

 

09:41 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)