Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/06/2010

L’Agent 212

Ce qui devait arriver, arriva : Je me suis fait arrêtée par les flics !

C’était déjà extraordinaire que ça ne me soit pas encore arrivé en plus de quatre mois. Samedi après-midi, je m’en vais toute seule comme une grande, musique à fond, yeux grands ouverts pour éviter d’écraser quelqu’un, puis je roule tranquillement dans une ruelle, quand, BOUM, sans prévenir, un flic se met devant la voiture, un autre vient à ma rencontre à la fenêtre.

J’applique mes leçons apprises par tous ceux qui sont passés par là : mes portières sont fermées pour éviter toute intrusion, je n’ouvre ma fenêtre que de cinq centimètres, je garde mes lunettes de soleil, je dis « Bonjour Papa » et je souris.

Monsieur le flic me dit que je suis en sens interdit (ha bon ?), il me demande mon permis (que je n’ai pas) et ma carte rose (ma carte quoi ?). En gros, je suis mal barrée.

Alors je joue la victime, mais suis ni soumise, ni autoritaire, rien de transparait, je suis neutre. Pas fâchée, pas gênée. J’explique que je suis partie vite de la maison, sans mon permis et que je n’ai pas la moindre d’idée d’où se trouve la carte rose.

Il me propose une contravention, je dis non merci. Il me dit « Qu’est-ce qu’on fait alors ? »

Je suggère d’en rester là, mais il n’aime pas cette solution. Je lui dis alors « Je vous donne un billet et on en parle plus ». Il dit ok, mais précise bien qu’ils sont deux. Je lui donne 3000 francs (moins de 3€), il n’est pas très content. Mais je dis « c’est ça ou rien, je n’ai pas plus ».

Je repars fière d’avoir résolu l’incident à moindre francs, mais me rends vite compte que j’ai cédé à la tentation de la corruption plutôt qu’à l’interminable discussion.

Oups ! Pas la meilleure solution, mais toujours mieux qu’un meurtre ou une contravention. J

11:10 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2)

15/06/2010

C’est qui la quiche ?

L’avantage d’avoir un cuisinier, c’est de ne pas devoir cuisiner. Logique ! Par contre, ce qu’on va trouver dans l’assiette est toujours un peu une surprise.

Cela dit avec des grands classiques, on peut rarement se tromper. Une amie demande à son cuisinier, une quiche Lorraine.

-          « Vous savez ce que c’est une Quiche Lorraine ? »

-          « Oui madame, mais je fais comment pour la pâte ? »

-          « Faites une pâte brisée. »

Arrive l’heure de la quiche qui présente pas trop mal mais qui est bizarre, croquante même, avec des gros grumeaux et surtout très éloignée donc de la recette originale.

-          « Mais comment vous avez fait la pâte ? »

-          « J’ai pris des spaghettis, je les ai cassés ! »

 ????P1060452.JPG

« Pâte Brisée »….. J

En photo ci-contre, Nestor qui me fait un gâteau et qui pense que je ne vais pas remarquer qu’il manque un morceau…

PS: Happy Birthday to the blog. C’est le 100ème post aujourd’hui! Youhou!

10:37 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (4)

14/06/2010

The New Madonna

Puisque qu’ici on change de cheveux comme de chemise, je m’imprègne des cultures locales.

Combien de fois, d’ailleurs, ne me suis-pas demandé pourquoi il y avait encore une nouvelle réceptionniste avant de me rendre compte que ces blondes, brunes, rousses, aux cheveux longs, courts, frisés ou raides n’était qu’une seule et même personne : Solange !

Ici la moyenne pour une congolaise, est d’aller chez le coiffeur (ou perruquier) deux fois par mois. Moi j’en suis à 2 fois en quatre mois, sage.

Je suis donc retournée chez Mansour le coiffeur busy, qui court partout et qui n’hésite pas à dire à son assistante, devant moi : « Ca fait combien de temps qu’elle a le produit sur les cheveux la dame? Ils vont être tout fondus ! »

Le temps me parait très long tout à coup avant de vérifier l’état de fonte de mes cheveux. Déjà que j’ai cru que l’assistance allait partir avec mon scalp tellement elle tirait fort sur ma pauvre crinière. Je me suis même demandé en combien de temps on passe de chauve à pas chauve.

Shampoing fait et brushing fini, me revoilà brune. J’abandonne Mireille Darc et Mireille Mathieu pour Chantal Goya.

C’est fou ce point commun qu’ont toutes les femmes de vouloir ressembler au people les plus tendances des magazines. Mais d’ailleurs, il date de quand ce magazine qui me sert de référence ? Ah merde, 1971. Zut !

09:58 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)