Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2010

BRA de fer

Attention mesdames, mesdemoiselles, messieurs, résidents congolais, une guerre féroce sévit dans tout le pays : la guerre des brasseurs !

Deux grands brasseurs se partagent le territoire congolais. Il fut un temps, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, où ces deux grandes maisons s’étaient équitablement partagées chacune des parties du pays, l’accord s’en suit, jusqu’au jour où, l’une desdites parties aurait fait un truc interdit, avec chacune un argumentaire censé : « pas moi qui ait commencé ».

S’il l’un affiche une publicité, l’autre met la sienne sur le même mur en superposé. Au passage, quand vous marchez en rue, faites attention, certains murs ont déjà 4 mètres d’épaisseur à force de superposition…

Les employés des deux maisons se toisent du regard, bataille de capsules au crépuscule, concours d’à fond et autres bastons, on arrête de rigoler : La guerre est déclarée !

Ici, Blackmanda, en direct de Kinshasa pour Blackmanda Channel News !

12:24 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)

09/07/2010

Bonne Fête à moi

J'ai deux bonnes nouvelles :

- La première : J'ai retrouvé Voici. Me voici soulagée de savoir que Voici est en vie, et figurez-vous que j'ai demandé à Voici son prénom. Il s'appelle Papy! Je ne vous cache pas une légère déception. Mais cette déception n'est qu'éphémère, maintenant que je sais comment Papy s'appelle et que je rédécouvre les joies de lire un Voici, je n'ai plus de souci.

- La seconde, c'est ma fête aujourd'hui! Comment ça, vousne voyez pas en quoi c'est une bonne nouvelle, ça veut dire que ça nous donne une raison de faire la fête. Faudra juste la reporter à demain, parce qu'aujourd'hui, me sens pâââââs bien.

J'aurais dû suivre ce proverbe congolais : Si,un doute sur un poisson tu as, et que te lever 5x en pleine nuit, tu ne veux pas, ne termine pas ton plat!

 

17:18 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)

08/07/2010

Voilà Voici

Parmi les vendeurs de rue, j’ai mes favoris. Particulièrement, un vendeur de magazines qui tous les soirs déambule entre les voitures pour nous proposer Elle, Gala, Closer, et autres lectures européennes légèrement périmées, mais indispensable pour rester connectée.

Maintenant qu’on se dit bonjour tous les jours, je me sens carrément proche, à l’exception que monsieur le vendeur de magazines, n’a pas de prénom. Appellons-le “Voici”.

Bref, la veille de la fête nationale me voici décidée à acheter un Voici à Voici, lorsque j’aperçois Voici ne vendant plus de Voici mais des drapeaux d’ici.

-          Mais voyons Voici, pourquoi ne plus vendre de Voici?

-          A quoi bon vendre des Voici, me dit Voici, puisque vous n’en n’achetez pas.

-          A quoi bon acheter un drapeau Voici, puisque je ne suis pas d’ici? Lui dis-je.

Je promets alors à Voici de lui acheter un Voici la prochaine fois que je le vois, mais voilà-t-il pas que depuis le 29 juin je n’ai plus vu Voici.

Voilà ce qui arrive aux gens indécis, me voici avertie.  

12:32 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)