Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/08/2010

ChinaTown

J’aperçois depuis la fenêtre de mon bureau un centre de « Beauté Chinoise ». L’envie me prend depuis longtemps de pousser la porte, chose que je me suis enfin décidée à faire hier.

Je rentre dans un endroit à la déco mi asiatico-africano-exotico-pakistanaise. Je demande s’il est possible de faire une pédicure, on me dit « oui, 10$, tu paies tout de suite ».

Précaution, probablement, cela dit je m’imagine assez mal partir en courant avec le vernis coulant pour éviter de payer ce que je dois, en devant également repasser par la porte de devant. Bref, je paie « avant » et suis la dame dans un petit couloir plein de portes avec une attribution pour chaque type de soins.

On me fait entrer dans la pièce « tatouage » (euh…), la lumière s’assombrit, on traverse une cour pleine de débarras, on entre dans une pièce où l’hygiène laisse à désirer et on m’installe dans un fauteuil, qui est aussi laid que confortable mais au moins, je serai bien installée.

On m’apporte tout le tralala de ce pour quoi je suis là, bain de pied, crèmes, serviettes, vernis et accessoires en tout genre. Doudou, l’esthéticienne me montre bien que les ustensiles sont neufs (pour les maladies…). Elle me demande si elle peut utiliser la lame de rasoir direct sur le pied. Ma tête dit « non », ma bouche dit « oui ».

Pour avoir fait quelques pédicures dans ma vie, je n’ai encore jamais eu droit à la technique rasoir. Doudou s’occupe de moi et de mes pieds. A merveille et sans douleur, aucune.

Cet endroit kinois n’a de chinois probablement que le nom et le proprio. Je ne suis pas sûre d’y retourner, mais ça m’aura donné une nouvelle idée de la pédicure locale. Tout ça pour mes beaux pieds. J

09:51 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2)

19/08/2010

Tack ABBA !

abba4.jpgC’est au travers de la radio que John, mon chauffeur depuis peu, apprend la Belgique. Les premiers jours après notre rencontre, je le laissais volontiers écouter la radio congolaise où on loue les louanges du seigneur, où les gens parlent très fort pour ne pas toujours dit quelque chose, et où on applaudit et on crie dès qu’un auditeur appelle sans raison.

Ma façon à moi, de m’imprégner, au moins un peu des critères « radio » locaux. Hier matin, petite exception, je mets La première (que l’on capte ici sur FM99.2, merci technologie satellite) qui diffuse à cet instant « Take a Chance » d’ABBA. Je vois John, tout enjoué qui tape en rythme sur le volant.

Je lui demande s’il connait ABBA, il me dit que « non mais il apprécie beaucoup ». Je lui fais la bio rapide d’Agnetha, Anni-Frid, Benny et Björn, quatre suédois, gagnants de l’Eurovision 1974 et qui depuis ce temps-là, sont devenus célébrissimes et ont depuis déjà plus de 25 ans, pris leur retraite pour vivre d’amour et d’eau fraiche dans leur fjords nordiques.

John trouve que les femmes chantent bien, pas très sympa pour les hommes qui répètent à tue-tête depuis  deux minutes trente « take a chance, take a chance, take a chance… ».

Pendant les heures du bureau, je ne retrouve plus John, il a disparu… à moins que… John est en effet dans la voiture à écouter La Première. Une nouvelle passion pour lui, il me demande s’il peut encore écouter.

Moi je m’amuse à imaginer John qui apprend la Belgique à travers la radio, les pubs, les infos, les embouteillages à Strombeek-Bevere, un camion couché sur le ring, la promo chez le Roi du Matelas, le marché de Noël de Molécule, les formateurs, pré-formateurs, les feux de l’amour entre Bart et Elio, le Jeu du Dictionnaire, la semaine infernale, les recettes de cuisine, les avis des psys sur des situations en tout genre, l’accent belge des animateurs, les livres à lire ou encore les musiques en tout genre, d’ABBA à Claude François, Barbara ou encore David Guetta.

10:25 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (4)

18/08/2010

Madame Safi

J’ai une réunion hier avec un collaborateur qui est de passage au bureau. La réceptionniste du bureau vient le voir et lui que quelqu’un le demande à l’entrée.

« Vous êtes sûre, Solange, que c’est bien pour moi ? ». Solange confirme, elle a même demandé le nom de la personne, il s’agit d’une certaine Madame Safi.

Ce nom ne dit rien à Papa Marcel, qui accepte cependant de rencontrer cette dame, qu’en effet, il connait plutôt bien.

Ce n’est pas Madame Safi comme annoncé, mais plutôt Madame sa fille… J

09:51 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)