Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/09/2010

Vaut-il mieux être fou ou con ?

Nous sommes tous d’accord pour dire que le deuxième terme (que je ne répèterai pas) est une injure chez nous. Aucun patron, par exemple, ne dit à son employé qu’il est trop c…, ni qu’il est fou d’ailleurs, mais c’est probablement moins grave. Mais là n’est pas le débat.

Ce que j’essaie de vous dire c’est qu’être « fou » ici est une terrible injure ! Un ami excédé par une bêtise de son chauffeur, lui avait dit, histoire de ne pas être impoli, « mais vous êtes fou ? ». Le chauffeur terriblement vexé a failli faire un scandale, de fou! J

L’ami en question s’est vu obligé de le rassurer pendant une heure et de le convaincre qu’il n’est pas fou, il aura même été jusqu’à dire : « Excusez-moi Dieudonné, ce n’est pas ce que je voulais dire, j’aimerais me corriger et vous disant que vous êtes trop con! »

Dieudonné : « Haaaa, je préfère ça patron ! »

Incident évité… Ouf !

 A chaque pays ses coutumes et ses injures… Restons prudents quand on parle, c’est plus sûr…

10:24 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (2)

01/09/2010

Journée ordinaire au bureau

10h00 : Je commence à avoir faim mais il est un peu tôt pour prendre ma pause

11h00 : je n’ai plus d’ongles et une copine en profite pour dire par sms-mail qu’elle est au drive-in en train de se commander un Big Mac Géant à Bruxelles, je suis jalouse. Pour compenser, je m’autorise un thé et trois petits beurres. J’en aurais bien mangé plus, mais « fini le paquet », zut!

11h30 : Je suis déjà en train de m’imaginer mangeant un carbo avec des chips… Miam !

11h35 : Mon boss me dit de ne pas bouger, les avocats dont on attend impatiemment les informations sont en route. Dans ma tête, je me dis qu’ils ont intérêt à faire vite, c’est mon estomac qui décide !

12h30 : Toujours pas d’avocats.  J’ai entamé tous mes bics, vidé mes trois paquets de chewing-gum et je suis à deux doigts de mordre dans mon clavier.

13h30 : Je commence à ressembler au chien de Pavlov, je me fais une raison et part acheter un sandwich au jambon, qui s’avère ne pas être au jambon, mais bon… je mords dedans quand même. Me voilà rassasiée au moins pour une demi-heure.

14h00 : Toujours pas d’avocat et toujours pas de pause pour moi. J’appelle Maître Bijou, il me dit « je mets le contrat dans la boite (comprenez qu’il me l’envoit par mail) et je viens ». Je précise que son bureau est à quatres minutes du mien.

16h00 : Est-il utile de préciser qu’il n’y a toujours pas d’avocat ni de surprise dans ma boite ?

18h00 : arrivée des avocats qui semblent si surpris que je ne sois plus là. Mais soulagés aussi car sans doute mieux pour leur survie.

Alors moi je me pose une question : Vais-je un jour me faire à ce type de rendez-vous congolais? Ou vais-je un autre jour dire à voix  haute «Est-ce qu’on se fouterait pas un peu de mwâââââ ici ???? » 

Soupir... J

11:15 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)

31/08/2010

Zizi-sécateurs

Extrait d’un quotidien datant d’avril 2008.

«Kinois de sexe masculin cherche zizi disparu mystérieusement après avoir frôlé un quidam dans la rue».

Une rumeur aussi folle qu’affolante et extravagante s’est emparée de la ville depuis une semaine. Il se raconte qu’un gang de mauvais génies a décidé d’aller à l’assaut du zizi des Kinois : enfants, ados, adultes et vieillards.

La rumeur, elle, s’enflée et continue son bonhomme de chemin et de ravage psychologique. Toutefois, ils sont vaccinés, les Kinois, contre des rumeurs affolantes. Sans rumeur, les superstitieux Kinois suffoqueraient. Il leur faut encore et toujours un exutoire, vite trouvé dans des histoires à dormir les yeux ouverts.

Conséquence de cette rumeur «virilicide», la psychose s’est installée. En famille. Au quartier. Dans la rue. Au bureau. Dans les bus. Au marché. Aucun lieu n’est épargné. Elle est omniprésente, la rumeur du gang des zizisécateurs.

Les services spéciaux de la police sont visiblement sur les dents. Jeunes garçons, adolescents et pères de famille sont terrorisés à l’idée que des quidams circulant à travers les 24 communes de la ville se seraient donnés pour mission de faire disparaître les attributs virils de tout Adam rencontré dans la rue.

Ils utiliseraient, à cette fin, la force mystique et non les pinces des vétérinaires. Bonne nouvelle : les toubibs ne se sont pas encore exprimés. Peut-être parce que, à la police, le zizi supposé disparu a été vu … toujours entre les deux cuisses des plaignants mais «drastiquement amaigri», selon les intéressés. »

PS : Et merci Riko pour ces articles « so » typiques ! J

11:32 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)