Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2010

Les congolais ou l’art figuratif

Il est monnaie courante ici de se faire faire  par un artisan local, un tableau “Tintin au Congo”. Vous remplacez le « Tintin » par votre prénom et vous voilà avec votre tableau unique.

Vous pouvez même remplacer les visages de Tintin et de son accompagnateur congolais par les vôtres, il suffira pour ça de laisser une photo à l’artiste.

Depuis longtemps, je pensais à m’en commander un, mais nos amis ont eu l’excellente idée de nous devancer et de nous l’offrir en format Big Size en plus. En tout cas, vraiment : MERCI !

Je vous laisse juger par vous-même de la ressemblance, avec pour commentaire que pour la première fois de ma vie, on m’aura dit que j’ai un faux air de Gérard Depardieu… J

P1070937.JPG

10:32 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)

29/11/2010

Une soirée qui finit… bien.

Bientôt un an déjà que nous sommes là à Kinshasa, et bientôt l’heure de rentrer au plat pays. On décide pour l’occasion de s’offrir une « leaving party ». En bons belges, on fait venir un fritkot, un vrai ! Avec fricadelles, cheeseburgers et frites à volonté. Bracongo vient avec son stand, ses Bracongo-girls, ses fûts de Tembo et de Skoll. Mister Kwilu nous apporte des cocktails. On ajoute quelques « softs » pour la forme.

La soirée commence gentiment autour de nos mange-debout, on sirote une bière et on mord dans un petit four.

Tous les amis présents nous appellent autour d’une table remplie de cadeaux. On ne sait comment les remercier, leurs cadeaux nous touchent, on est ému, on s’embrasse, on se rend compte qu’il n’est pas évident de partir et de quitter tous ces incroyables gens rencontrés ici. J’en profite pour leur dire encore MERCI !?!

Puis la soirée continue, on profite du fritkot, on mange, on boit, on boit, on boit. Les couches-tôt rentrent chez eux. Les couches-tard boivent directement avec la bouche sous le fût, s’aspergent d’eau d’abord, puis de soda, puis de Tembo, les hommes terminent torses-nus, les femmes qu’on épargne d’abord, finissent aussi trempées, si  pas plus.

A 4h30, le volume de la musique diminue, la voisine du dessus soupire dans son lit et profite probablement de ce silence pour fermer l’œil.

On croit que la soirée est finie, mais les cinq derniers « bourrés » s’en vont, seulement d’un pantalon vêtus, plonger dans toutes les piscines de la concession. Une vieille tradition…

Et moi enceinte jusqu’aux dents, j’observe en toute sobriété le petit groupe s’en aller arpenter les piscines non cadenassées…

10:33 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2010

Arc-en-Ciel

J’avais rendez-vous hier matin avec un électricien. Vers dix heures, j’entends les ouvriers du chantier d’en face, taper sur quelque chose. Ce n’est qu’après avoir entendu ce même boucan trois fois, que je me suis dit que c’était peut-être quelqu’un qui frappe avec vigueur et acharnement sur la porte de derrière.

Je rentre dans la cuisine, où il fait si sombre tout à coup et je vois de l’autre côté de la porte un « molosse » qui attend.

-          « Arc-en-Ciel ? »

-          « Oui madame, c’est bien moi »

Au passage, j’aimerais quand même savoir ce qu’on fait fumer à ces pauvres femmes congolaises qui viennent d’accoucher… Un prénom comme Arc-en-Ciel ne peut être donné que sous opium, non ? 

Bref, Arc-en-Ciel me dit qu’il a besoin de mesurer la distance entre notre compteur électrique et notre garage. Je le vois tout à coup très concentré du haut de ses deux mètres de haut (et de large) et s’aligner au mur, prendre une grande respiration et commencer à compter à l’aide de ses pas, le nombre de mètres entre les endroits concernés.

Moi, j’adore cette démarche saccadée de « compte-mètre », pas précise du tout, et quand c’est un colosse congolais nommé Arc-en-Ciel qui s’en charge très sérieusement, c’est encore plus amusant… J

Ps : et avec un peu de retard, Joyeux Dix Ans à Tristan

09:11 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (0)